Page en cours de création. Merci pour votre patience

Thèmes

Eben-Alexander-1_web.jpg

​Eben ALEXANDER

Médecin - Neurochirurgien – Enseignant

(visio-conférence en anglais, en direct des USA - Traduction simultanée par Lucie Nérot)

Stéphane_ALLIX©Natacha_Calestrémé.jpg

​Stéphane ALLIX

Journaliste - écrivain et réalisateur

Pourquoi oublions-nous que nous sommes une âme ?

Comment entendre les messages et les signes que notre âme ne cesse de nous envoyer ? Pourquoi notre société matérialiste est-elle persuadée que notre vie se résume à notre existence terrestre ? Que notre conscience est limitée à l’activité de notre cerveau ? Quelles conséquences cet aveuglement a-t-il sur notre quotidien ?

Lors de cette rencontre, je me propose de partager le fruit d’années d’enquêtes auprès de scientifiques, mais aussi mes expériences aux frontières de la conscience durant lesquelles j’ai changé temporairement les réglages de mon cerveau — cet appareil de filtrage qui nous masque l’infini réalité des mondes. Ce double cheminement entre science objective et exploration subjective de la conscience m’a progressivement conduit à remettre en cause ce que je pensais savoir de la réalité.

Aujourd’hui, les neurosciences commencent à éclairer le phénomène de transe, et les découvertes sont tout simplement bouleversantes. Changer les paramètres de fonctionnement du cerveau fait apparaitre à notre conscience des fréquences de la réalité, imperceptibles d’ordinaire. Cela peut être extrêmement déstabilisant, comme lors de mes premières expériences chamaniques au cœur de la forêt Amazonienne il y a plus de quinze ans. Dès lors que l’on entre en transe, il faut apprendre à voyager, comme on apprend la géographie d’un nouveau monde quand on y pénètre pour la première fois. Mon apprentissage fut long, des années. Et puis les portes se sont ouvertes sur autre chose que mes peurs. Ce chemin fut aussi en effet pour moi une invitation à explorer nos mécanismes de défense.

Il m’a également permis de comprendre que si notre cerveau donne vie à une forme de conscience limitée, une autre part de ce qui nous constitue n’est liée ni à l’activité de nos neurones, ni contrainte par le temps ou par l’espace. Comment conscience cérébrale et conscience fondamentale se marient-elles et interagissent-elles ? Pourquoi oublions-nous que nous sommes avant tout des êtres spirituels faisant une expérience humaine ?

IMG_0397.JPG

​Evelyn ELSAESSER

Responsable d'un projet de recherche international sur les Vécus subjectifs de contact avec un défunt (VSCD) – Auteure

Renaud Evrard 2.jpg

Renaud EVRARD

Psychologue et Maître de conférences – habilité à diriger des recherches en psychologie clinique et psychopathologie

Ce qu’ils ont fait la première fois qu’ils sont morts

Face à une menace mortelle, l’être humain semble se raccrocher à la vie en puisant dans des ressources insoupçonnées. Quelle est donc la nature de cette « énergie du désespoir » ? À partir d’une synthèse de recherches anciennes et récentes, je fais l’hypothèse que les expériences de mort imminente (EMI) sont des états modifiés de conscience associés à un renforcement des capacités intellectuelles, perceptuelles et motrices dont la finalité serait de nous permettre de nous sauver in extremis d’un danger apparemment fatal. L’intrication de notre corps et de notre esprit apparaît alors sous un jour nouveau. Ce système d’alerte en cas d’urgence ultime révèle une dimension invisible de la conscience qui nous renseigne davantage sur le fonctionnement du vivant que sur sa postérité.

christophe_faure-200x300.jpg

Christophe Fauré

Psychiatre et psychothérapeute, spécialiste de l’accompagnement du deuil et de la fin de vie et des problématiques du couple et de la famille

th.jpeg
Olivia Gosseries (19).JPG
Photo_audrey_GIGA_052017_IMG_0724.JPG

Corine SOMBRUN, auteure, ethnomusicienne et spécialiste du chamanisme mongol 

Olivia GOSSERIES, neuropsychologue et chercheuse au Coma Science Group

Audrey, VANHAUDENHUYSE, neuropsychologue, Chercheuse au CHU de Liège et au GIGA de L’ULiège

La transe cognitive 

 

jocelin morrison.jpg

Jocelyn Morisson

Journaliste, auteur et conférencier

teresa%2520robl%25C3%25A8s_edited_edited

Tèrésa ROBLES

Anthropologue, psychologue et hypnothérapeute éricksonienne – Auteure

L'approche éricksonienne pour contacter nos défunts et traverser le deuil

 

pascale seys_web.jpg

Pascale SEYS

Docteur en philosophie, chargée de cours, productrice radio, chroniqueuse, conférencière et auteure

 

laurence vielle_web.jpg

Laurence Vielle - Performance

Poétesse, comédienne et auteure, elle sera accompagnée du musicien Vincent Granger

"ancêtres"

c’est d’abord un voyage à Sulawesi, une île en Indonésie.

En 2017, en Belgique, l’Indonésie a été le pays mis « à l’honneur » par Europalia (un focus culturel tous les deux ans sur un pays, festival important en Belgique).

Laurence Vielle, dans ce cadre-là, est partie là-bas pour écrire sur les rituels aux ancêtres, très présents encore sur l’île de Sulawesi.

Pendant 15 jours, Faisal Oddang, un écrivain/chercheur de Makassar, l’a emmenée de tribu en tribu.

Voyage qui a laissé en elle une empreinte forte, puissante.

Le livre  « ancêtres » est né. Et une performance avec le musicien Vincent Grange.

La poésie de Laurence Vielle (comédienne et auteure) est orale, rythmique, parfois incantatoire, parfois chantée, documentaire aussi. Très directe.

Vincent Granger y imprime toute sa force et sa richesse musicale

Cela parle de rituels, du temps laissé donné aux morts, à la mort, à ce fil ténu entre la vie la mort

Cela parle du voyage, d’une cérémonie où 60 buffles sont égorgés pour honorer la morte,

d’un chaman qui dit qu’il est le chef du pays du centre du monde, là où tout a commencé.

Un « bissu » qui plante une lame dans sa gorge; il est en transe, la lame ne le transperce pas.

Il parle aux esprits et leur dit « esprits, venez, nous sommes vos enfants, nous sommes vos enfants ».

Cela danse, cela chante, cela prie, cela rit.

Et après le spectateur a le corps transporté et aux lèvres, les questions :

« dis-moi, il y a un mort qui habite en toi ? Il te visite ? Tu lui parles de temps en temps ? (…) Prends le temps d’aimer le mort, c’est la vie que tu honores. »